Dordogne Périgord : Hébergements de vacances en Dordogne Périgord (hotel, camping, gite, chambre d'hotes)
RECHERCHE :  
Site internet professionnel à moindre frais
  .: La Dordogne
    Infos générales
Les 557 communes
Situation générale
Carte touristique
Découpage administratif
  .: Nos Rubriques
    Hébergements de vacances
Sites touristiques
Activités et loisirs
Vignobles
Gastronomie
Artisanat
  .: Nos Dossiers
    Etapes Gourmandes
 La Dordogne en vidéo
 Visites virtuelles (360°)
 La Dordogne en ballon
La Dordogne vue du ciel
Châteaux en Dordogne
Bastides en Périgord
Périgourdins célèbres
Villes et villages
Vignoble Bergeracois
Les Eyzies et la Préhistoire
Truffe du Périgord
Noix du Périgord
Batellerie sur la Dordogne
Faune du Périgord
Le Camp du Sablou
Eugène Le Roy
  .: Notre Sélection
    Hébergements
Tourisme
Loisirs
Gastronomie
Divers
  CDT
  Club hotelier du Pays de Sarlat
  .: Outils
    Météo
Devenir adhérent
Quelques liens
Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Crédits
Droits d'auteur
Responsabilité
Accueil
Découvrez notre partenaire : Pays des Bastides

ACCÈS ADHÉRENTS
Identifiant :
Mot de passe :

 
Dordogne-Perigord.com :
Périgueux, Bergerac, Sarlat, Nontron, Brantôme, Thiviers, Excideuil, Ribérac, Hautefort, Montpon-Ménestérol, Saint-Astier, Mussidan, Vergt, Terrasson, Thenon, Montignac, Le Bugue, Issigeac, Beaumont du Périgord, Sigoulès, Eymet, Monpazier, Lalinde, Les Eyzies, Le Buisson de Cadouin, Monbazillac, Montignac, Beynac, La Roque Gageac, Domme, Saint-Cyprien, Belvès, Villefranche du Périgord...
   
  Une réalisation Création Lambert
   
  Histoire, Culture, Traditions > Histoire > L'internement des "Indésirables Français” au Sablou
  L’internement
des “Indésirables Français”
au château du Sablou

Situation du Parti communiste français en septembre 1939

L’évolution de la politique du Parti communiste français au cours du mois de septembre 1939 appelle quelques précisions qui aideront à mieux comprendre les raisons et la nature de l’internement des communistes du camp au Sablou. Au début du mois de septembre, les parlementaires communistes adhèrent à la politique de défense nationale. Ils votent les crédits de guerre, montrant ainsi leur volonté de poursuivre leur engagement antifasciste et leur refus de tout compromis avec Hitler. Cette opposition s’était déjà manifestée lors des accords de Munich, signés dans la nuit du 28 au 29 septembre 1938 par Hitler, Mussolini, Daladier et Chamberlain. Or, le 23 août 1939, Hitler et Staline concluent un accord déconcertant, véritable partage de l’Europe orientale entre les deux dictatures. Signé à Moscou par Ribbentrop et Molotov, le pacte germano-soviétique place les militants communistes dans une position pour le moins ambiguë, tiraillés qu’ils se trouvent entre leur fidélité à Moscou et leurs exigences antifascistes. Les directives de l’Internationale communiste parviennent à Paris le 20 septembre. Maurice Thorez est sommé de rejoindre l’URSS. Il déserte et quitte le pays le 4 octobre 1939. La direction du Parti communiste français fait définitivement allégeance à Moscou en s’engageant dans une propagande contre la “guerre impérialiste” propre à semer la confusion. En conséquence, Édouard Daladier – alors président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de la Guerre et ministre des Affaires étrangères – décrète la dissolution du Parti communiste le 26 septembre 1939. Les raisons de cette dissolution tiennent essentiellement à l’appartenance du PCF à la IIIe Internationale, organisation d’émanation soviétique, agissant en intelligence avec l’ennemi allemand. Le reproche implicite qui est fait aux communistes français, c’est de saper l’effort de guerre contre Hitler. Parmi les premiers élus communistes à manifester leur désaccord avec la direction du Parti sur la question du pacte, se trouvent deux députés de la Dordogne : Gustave Saussot et Paul Loubradou. Ce dernier, dans l’édition du 9 septembre 1939 du Journal de Bergerac, fait publier une lettre ouverte intitulée : “Pourquoi j’ai démissionné du Parti communiste français”. Si, dans la presse communiste clandestine, l’insubordination des deux députés à la ligne du Parti leur vaut les qualificatifs de “traîtres et renégats”, ils seront ensuite rejoints par le tiers du groupe parlementaire communiste. (29)

 
  .: Au Sommaire
  A Introduction
A Le camp du Sablou
A Le commandement
A La population pénitentiaire
A Gros plan sur 18 Périgordins
A L’état d’esprit des internés
A La solidarité s'organise
A Relations avec l'extérieur
A Visite de la commission allemande Kundt
A Mise en place progressive de “mesures de bienveillance”
A Fermeture du camp et transfert des internés
A Devenir du Sablou et de ses "indésirables"
A Polémique autour d'une plaque commémorative
A Situation du Parti communiste français en septembre 1939

 


Sources :
29 Guillaume Bourgeois, Communistes et anticommunistes pendant la drôle de guerre, thèse de 3e cycle, Paris X Nanterre, 1983.


 
    © 2006 Création Lambert