Dordogne Périgord : Hébergements de vacances en Dordogne Périgord (hotel, camping, gite, chambre d'hotes)
RECHERCHE :  
Site internet professionnel à moindre frais
  .: La Dordogne
    Infos générales
Les 557 communes
Situation générale
Carte touristique
Découpage administratif
  .: Nos Rubriques
    Hébergements de vacances
Sites touristiques
Activités et loisirs
Vignobles
Gastronomie
Artisanat
  .: Nos Dossiers
    Etapes Gourmandes
 La Dordogne en vidéo
 Visites virtuelles (360°)
 La Dordogne en ballon
La Dordogne vue du ciel
Châteaux en Dordogne
Bastides en Périgord
Périgourdins célèbres
Villes et villages
Vignoble Bergeracois
Les Eyzies et la Préhistoire
Truffe du Périgord
Noix du Périgord
Batellerie sur la Dordogne
Faune du Périgord
Le Camp du Sablou
Eugène Le Roy
  .: Notre Sélection
    Hébergements
Tourisme
Loisirs
Gastronomie
Divers
  CDT
  Club hotelier du Pays de Sarlat
  .: Outils
    Météo
Devenir adhérent
Quelques liens
Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Crédits
Droits d'auteur
Responsabilité
Accueil
Découvrez notre partenaire : Pays des Bastides

ACCÈS ADHÉRENTS
Identifiant :
Mot de passe :

 
Dordogne-Perigord.com :
Périgueux, Bergerac, Sarlat, Nontron, Brantôme, Thiviers, Excideuil, Ribérac, Hautefort, Montpon-Ménestérol, Saint-Astier, Mussidan, Vergt, Terrasson, Thenon, Montignac, Le Bugue, Issigeac, Beaumont du Périgord, Sigoulès, Eymet, Monpazier, Lalinde, Les Eyzies, Le Buisson de Cadouin, Monbazillac, Montignac, Beynac, La Roque Gageac, Domme, Saint-Cyprien, Belvès, Villefranche du Périgord...
   
  Une réalisation Création Lambert
   
  Histoire, Culture, Traditions > Histoire > L'internement des "Indésirables Français” au Sablou
  L’internement
des “Indésirables Français”
au château du Sablou

Fermeture du camp
et transfert des internés

Une note sur la situation et l’organisation des camps, émanant de la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), signale le regroupement de 16 camps pour “indésirables Français” administrés jusqu’alors par le ministère de la Guerre : « Dans les huit premiers jours de janvier 1941, les camps de Thiers et de Mons (Puy-de-Dôme), du Sablou (Dordogne) et de Saint-Angeau (Cantal) ont été supprimés, les effectifs de ces camps ayant été dirigés ainsi que 79 internés français du camp de Gurs (Basses-Pyrénées) sur les camps de Saint-Paul et de Nexon (Haute-Vienne) ». (24)

Sablou

 
  .: Au Sommaire
  A Introduction
A Le camp du Sablou
A Le commandement
A La population pénitentiaire
A Gros plan sur 18 Périgordins
A L’état d’esprit des internés
A La solidarité s'organise
A Relations avec l'extérieur
A Visite de la commission allemande Kundt
A Mise en place progressive de “mesures de bienveillance”
A Fermeture du camp et transfert des internés
A Devenir du Sablou et de ses "indésirables"
A Polémique autour d'une plaque commémorative
A Situation du Parti communiste français en septembre 1939

Sources :
24 Archives nationales, F/7/15087.

 

Un télégramme du ministère de l’Intérieur, daté du 28 décembre, parvient au préfet : « Opérer dans la journée du 30 décembre transfert sur Camp de Saint-Paul (Haute-Vienne) des internés du Camp du Sablou… »
L
e colonel Blasselle dirige les opérations: «Le mouvement aura lieu dans les conditions suivantes: transport des détenus en autobus du Camp du Sablou au Lardin (gare). Le Lardin – Saint-Paul par voie ferrée via Limoges (départ du Lardin à 7h15). Le capitaine commandant la Compagnie de la Dordogne prévoira le personnel de conduite et de surveillance (effectif des internés: 231), réglera le mouvement des autobus en accord avec la maison Gonthier de Périgueux (qui a reçu des ordres de la Préfecture de la Dordogne) ».
Par un courrier du 31 décembre, posté de Saint-Paul-d’Eyjeaux, le commissaire spécial Antz rend compte de sa mission au préfet : « J’ai l’honneur de vous rendre compte que le transfert de mon centre sur le camp de St-Paul-d’Eyjeaux dans la journée d’hier, s’est effectué sans incident. 228 surveillés ont été remis entre les mains du chef du camp de St-Paul-d’Eyjeaux, M. Humbert, qui vous en transmettra prochainement la liste nominative ».
Le 11 janvier 1941, Antz adresse un dernier rapport au préfet de la Dordogne : « Après mon départ et celui de M. Richaud (…), il ne restera donc plus ici, à partir du 17 janvier et jusqu’à nouvel ordre, que M. Lefebvre, secrétaire gestionnaire, et M. Wolfram, secrétaire au ravitaillement, qui achèvent de mettre à jour la régularisation des comptes avec le trésorier du 26e R.I. et l’inventaire du matériel tant cédé au camp de St-Paul-d’Eyjeaux que resté sur place (…) M. Lefebvre gérera le camp après mon départ ».
Le 30 décembre 1940, jour du transfert des 228 “Sablousards”, 18 internés se trouvant hospitalisés à Périgueux ne peuvent rejoindre Saint-Paul. Neuf d’entre eux sont toujours à l’hôpital Lanmary au 31 janvier 1941; un se trouve à l’hôpital mixte de Périgueux; Auguste Lecaque est déclaré décédé à cet hôpital, le 20 janvier 1941; Gaston Henry rejoint Saint-Paul après guérison, le 9 janvier; les six derniers sont considérés comme évadés.

 


 
    © 2006 Création Lambert