Dordogne Périgord : Hébergements de vacances en Dordogne Périgord (hotel, camping, gite, chambre d'hotes)
Création Lambert
RECHERCHE :  
Site internet professionnel à moindre frais
  .: La Dordogne
    Infos générales
Les 557 communes
Situation générale
Carte touristique
Découpage administratif
  .: Nos Rubriques
    Hébergements de vacances
Sites touristiques
Activités et loisirs
Vignobles
Gastronomie
Artisanat
  .: Nos Dossiers
    Etapes Gourmandes
 La Dordogne en vidéo
 Visites virtuelles (360°)
 La Dordogne en ballon
La Dordogne vue du ciel
Châteaux en Dordogne
Bastides en Périgord
Périgourdins célèbres
Villes et villages
Vignoble Bergeracois
Les Eyzies et la Préhistoire
Truffe du Périgord
Noix du Périgord
Batellerie sur la Dordogne
Faune du Périgord
Le Camp du Sablou
Eugène Le Roy
  .: Notre Sélection
    Hébergements
Tourisme
Loisirs
Gastronomie
Divers
  CDT
  Club hotelier du Pays de Sarlat
  .: Outils
    Météo
Devenir adhérent
Quelques liens
Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Crédits
Droits d'auteur
Responsabilité
Accueil
Découvrez notre partenaire : Pays des Bastides

ACCÈS ADHÉRENTS
Identifiant :
Mot de passe :

 
Dordogne-Perigord.com :
Périgueux, Bergerac, Sarlat, Nontron, Brantôme, Thiviers, Excideuil, Ribérac, Hautefort, Montpon-Ménestérol, Saint-Astier, Mussidan, Vergt, Terrasson, Thenon, Montignac, Le Bugue, Issigeac, Beaumont du Périgord, Sigoulès, Eymet, Monpazier, Lalinde, Les Eyzies, Le Buisson de Cadouin, Monbazillac, Montignac, Beynac, La Roque Gageac, Domme, Saint-Cyprien, Belvès, Villefranche du Périgord...
   
  Une réalisation Création Lambert
   
  Découvertes > Sites > Châteaux en Périgord > Le château féodal
  To see this page, turn off the pop-up blockerLes Châteaux :
Le château féodal

Au XIIe siècle, l'emploi de la pierre va se généraliser avec l'augmentation de l'insécurité et la montée de petits potentats locaux, même si le bois continue d'être utilisé pour certaines parties. On peut dès lors parler d'architecture castrale, comportant des éléments architecturaux caractéristiques. De puissants murs crénelés et talutés seront épaulés par des tours coiffées de galeries de bois nommés hourds et, plus tard, de mâchicoulis et de bretèches (guérites). Entre le XIIe et le XIIIe, les tours carrées seront remplacées par des tours circulaires ou polygonales qui faciliteront la défense du château. Les murs seront percées d'archères en raison de l'emploi de l'arbalète. Contre les travaux de sape, la base des murailles sera élargie permettant du même coup aux traits de ricocher. Des fossés profonds, seront mis en eau chaque fois que cela sera possible (on parlera alors de douves). La défense des portes, points faibles des remparts, fera l'objet d'un soin particulier. Elles seront équipées de herses, de grilles de bois ou de fer, coulissant de haut en bas. Le pont-levis permettra de filtrer les entrées indésirables et d'isoler totalement la courtine de l'extérieur. Il sera souvent flanqué de deux tours et parfois même d'un châtelet d'entrée sophistiqué. Les architectes multiplieront les enceintes (deux, parfois trois), et renforceront chacun des éléments : les courtines et les tours seront de plus en plus hautes et épaisses. L'épaisseur permettra de se protéger contre les sapes et l'artillerie (catapultes, et à partir du XVe siècle, bombardes), la hauteur permettra d'empêcher l'assaut par des échelles.
 
  .: Au Sommaire
  Présentation
Châteaux classés visitables
La motte castrale
Le château féodal
La Renaissance
La période classique
Carte des châteaux

Forteresse féodale de Beynac

Il est évident que l'architecture castrale a évolué parallèlement aux techniques de siège, l'artillerie venant bouleverser les règles guerrières et défensives. De ce fait, il devient nécessaire d'opter pour une stratégie offensive. Et pour cela, on se mit à construire des édifices plus massifs caractérisés par la réduction des angles, l'apparition de tours circulaires et de barbacanes, le percement d'archères. Certaines tours s'armeront même de canonnières, comme au château de Castelnaud. La défense se concentrera alors dans les parties hautes de l'enceinte, reliées par un chemin de ronde.
Mais, à la fin du Moyen Âge, le château fort touche à ses limites techniques : le coût de ces constructions devient prohibitif et, seuls les plus grands princes peuvent encore en financer. De toute façon, les progrès de l'artillerie à poudre rendent obsolètes les hautes murailles. Au XIVe siècle, le château va donc s'humaniser peu à peu, tout d'abord à l'intérieur de ses murailles (la disposition des salles témoigne d'une recherche nouvelle du confort et de la lumière), puis au XVe siècle, à l'extérieur, avec l'abandon des défenses médiévales


Sources :
- Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud, Éditions Sud Ouest, Luçon, 1996.
- Tout sur le Périgord, sous la direction de Dominique Audrerie, Éditions Sud Ouest, Bordeaux, 2003.
- Connaître les châteaux du Périgord, Dominique Audrerie, Éditions Sud Ouest, Luçon, 1997.
- Le Guide vert Périgord Quercy, Michelin Éditions des Voyages, 2001.
- Guide Bleus Hachette, Saint-Amand-Montrond.
- Base de données Mérimée, ministère de la Culture et de la Communication - direction de l'Architecture et du Patrimoine.

 
    © 2004 Création Lambert