Dordogne Périgord : Hébergements de vacances en Dordogne Périgord (hotel, camping, gite, chambre d'hotes)
RECHERCHE :  
Site internet professionnel à moindre frais
  .: La Dordogne
    Infos générales
Les 557 communes
Situation générale
Carte touristique
Découpage administratif
  .: Nos Rubriques
    Hébergements de vacances
Sites touristiques
Activités et loisirs
Vignobles
Gastronomie
Artisanat
  .: Nos Dossiers
    Etapes Gourmandes
 La Dordogne en vidéo
 Visites virtuelles (360°)
 La Dordogne en ballon
La Dordogne vue du ciel
Châteaux en Dordogne
Bastides en Périgord
Périgourdins célèbres
Villes et villages
Vignoble Bergeracois
Les Eyzies et la Préhistoire
Truffe du Périgord
Noix du Périgord
Batellerie sur la Dordogne
Faune du Périgord
Le Camp du Sablou
Eugène Le Roy
  .: Notre Sélection
    Hébergements
Tourisme
Loisirs
Gastronomie
Divers
  CDT
  Club hotelier du Pays de Sarlat
  .: Outils
    Météo
Devenir adhérent
Quelques liens
Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Crédits
Droits d'auteur
Responsabilité
Accueil
Le Journal du Périgord
Découvrez notre partenaire : Pays des Bastides
Journal en image de France 3 Périgords
Edition locale en ligne
de France 3 Périgords

ACCÈS ADHÉRENTS
Identifiant :
Mot de passe :

 
Dordogne-Perigord.com :
Périgueux, Bergerac, Sarlat, Nontron, Brantôme, Thiviers, Excideuil, Ribérac, Hautefort, Montpon-Ménestérol, Saint-Astier, Mussidan, Vergt, Terrasson, Thenon, Montignac, Le Bugue, Issigeac, Beaumont du Périgord, Sigoulès, Eymet, Monpazier, Lalinde, Les Eyzies, Le Buisson de Cadouin, Monbazillac, Montignac, Beynac, La Roque Gageac, Domme, Saint-Cyprien, Belvès, Villefranche du Périgord...
   
  Une réalisation Création Lambert
   
  Découvertes > Cités en Périgord > Villes et villages > Condat-sur-Vézère
 

Condat-sur-Vézère,
la genèse du bonheur


Crédit : Textes et photos, Le Journal du Périgord.

Condat-sur-Vézère est célèbre pour son papier glacé mais cultive la discrétion des villages figés dans des certitudes que seules les saisons inclinent au mouvement. Entre Coly et Vézère, la douceur de la nature et la bienveillance des hommes signent une principauté du bonheur.

Quittant l’autoroute puis la route nationale qui relie Périgueux à Brive, allant sur Sarlat, laissant les impressionnantes constructions des papeteries qui portent son nom et lui ont même attribué une marque de papier mondialement célèbre, nous voici entrant dans Condat. Le bourg se fait humble, farouche et même imprécis. À deux cents mètres à peine, la ruche assourdie qui produit, chaque année, plus de 560000 tonnes de papier et emploie près de 900 personnes s’est adaptée au bruissement du vent dans les feuilles, cette fois-ci d’arbres. C’est en 1907 que la famille Gillet crée une usine d’extraits tannants en Dordogne, entre Brive-la-Gaillarde et Périgueux: l’usine de Condat. Aujourd’hui, on y fabrique les plus beaux papiers destinés à l’édition de luxe, mais aussi la presse. Mais Condat n’a pas toujours vécu du papier. Le village entier est dédié aux templiers. L’ancienne commanderie en porte témoignage. Ce fut la plus importante du Périgord. Elle était propriété de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem. Maison-forte, grange dîmière pour conserver les récoltes, lieu de résidence pour les commandeurs, hostellerie pour les pèlerins, hôpital pour les malades, la vaste bâtisse était conçue pour soutenir un siège. Même si, actuellement, il ne demeure qu’une tour carrée à mâchicoulis du xve siècle avec ses bretèches à côté d’un logis du XVIe siècle, l’esprit des templiers reste attaché au village.

 
  .: Au Sommaire
  Présentation
 
 
Les sources du coly
contribuent à la sérénité
de ce petit coin de paradis,
genèse d’un bonheur
tout en délicatesse.

 
Condat-sur-Vézère. La place du village avec son église romane.
 

C’est en 1239 que, dans son Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud relève la première de cette commanderie dite Hospitalis de Condato. Un nom dont l’origine serait de sa situation à la rencontre du Coly et de la Vézère, les deux cours d’eaux qui traversent ou jouxtent la commune. En effet, condate signifie “confluent”. Au cours des guerres de religion, le capitaine Pouch, chef des Huguenots, transforma l’église en forteresse. Il battit la campagne alentour pillant tout sur son passage. C’est le seigneur de Losse qui l’assiégea. Il s’enfuit laissant douze hommes aux mains de son rival lesquels furent rapidement pendus. La Fronde vint aussi jusque dans ce lieu reculé. Le château de La Fleunie, aujourd’hui relais et châteaux, superbement aménagé date du XIIe et XVe siècles. Cet ancien repaire noble, jusqu’en 1760, avait droit de haute justice sur deux villages, dont Condat. Voici donc, aujourd’hui, le cadre somptueux et délicat d’une demeure d’exception accostée de tours circulaires, agrémentée de lucarnes Renaissance, prolongée en équerre par une aile flanquée d’une tour à Mâchicoulis. Avec ses quelque huit cents âmes, le bourg de Condat pourrait faire partie de ces villages que l’on ne voit pas. On ne le visite guère. Le paysage, les murs, les gens semblent avoir fixé leur éternité. On ne se cache pas, mais il se dégage une sorte de transparence et la mémoire s’ordonne comme seul vêtement. Aux alentours, les champs sensibles qu’à la variation des saisons se colorent et se décolorent depuis toujours. Village immobile, Condat-sur-Vézère n’est pas pour autant muet. Mais il ne se livre que dans les cours de ferme, les arrières des demeures à colombages préservés. La dignité du Coly délivre au visiteur la fraîcheur recherchée. Véritable collier qui s’égrène sur quelques kilomètres pour rejoindre la noble Vézère, berceau de l’humanité. Condat mérite une halte. Et même plus si affinités.

 
Jadis, le village abritait de nombreuses activités dont ce four est un témoignage
Le château de la Fleunie. Une étape de choix
au coeur du Périgord Noir à 5 km de Lascaux.
Demeure du XIIIe siècle harmonieusement rénovée, ancien relais sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle,
Condat-sur-Vézère.
La place du village avec son église romane.


  © 2004 Création Lambert