Dordogne Périgord : Hébergements de vacances en Dordogne Périgord (hotel, camping, gite, chambre d'hotes)
RECHERCHE :  
Site internet professionnel à moindre frais
  .: La Dordogne
    Infos générales
Les 557 communes
Situation générale
Carte touristique
Découpage administratif
  .: Nos Rubriques
    Hébergements de vacances
Sites touristiques
Activités et loisirs
Vignobles
Gastronomie
Artisanat
  .: Nos Dossiers
    Etapes Gourmandes
 La Dordogne en vidéo
 Visites virtuelles (360°)
 La Dordogne en ballon
La Dordogne vue du ciel
Châteaux en Dordogne
Bastides en Périgord
Périgourdins célèbres
Villes et villages
Vignoble Bergeracois
Les Eyzies et la Préhistoire
Truffe du Périgord
Noix du Périgord
Batellerie sur la Dordogne
Faune du Périgord
Le Camp du Sablou
Eugène Le Roy
  .: Notre Sélection
    Hébergements
Tourisme
Loisirs
Gastronomie
Divers
  CDT
  Club hotelier du Pays de Sarlat
  .: Outils
    Météo
Devenir adhérent
Quelques liens
Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Crédits
Droits d'auteur
Responsabilité
Accueil
Découvrez notre partenaire : Pays des Bastides

ACCÈS ADHÉRENTS
Identifiant :
Mot de passe :

 
Dordogne-Perigord.com :
Périgueux, Bergerac, Sarlat, Nontron, Brantôme, Thiviers, Excideuil, Ribérac, Hautefort, Montpon-Ménestérol, Saint-Astier, Mussidan, Vergt, Terrasson, Thenon, Montignac, Le Bugue, Issigeac, Beaumont du Périgord, Sigoulès, Eymet, Monpazier, Lalinde, Les Eyzies, Le Buisson de Cadouin, Monbazillac, Montignac, Beynac, La Roque Gageac, Domme, Saint-Cyprien, Belvès, Villefranche du Périgord...
   
  Une réalisation Création Lambert
   
  Découvertes > Cités en Périgord > Villes et villages > Piégut-Pluviers
  Piégut-Pluviers,
le Périgord intime

Crédit : Textes et photos, Le Journal du Périgord.

Nous sommes dans la salle du Conseil avec, Didier Vignal, le maire, Jacqueline Lapeyre, présidente de l’Office de tourisme et le très érudit Jean Bardoulat. Une évidente complicité anime le trio qui évoque la vie à Piégut plus qu’il ne présente véritablement la commune.

Qu'importe le nombre d’habitants, la superficie, les détails géographiques, les chiffres du budget, le montant des subventions. Manifestement, à Piégut-Pluviers on ne compte pas comme partout ailleurs. Non ! On se donne les moyens de cultiver un art de vivre et cela ne tient pas seulement à des considérations matérielles. Certes, il faut de l’argent, mais ce n’est pas tout.
Ici, on sait profiter de la nature et de ses bienfaits : une campagne si verte que les Anglais sont ici chez eux, de grands bois, de jolis bosquets et quelques haies bruissantes du chant des oiseaux dès les premiers jours de printemps, de grands prés tachetés du bleu d’une myriade d’étangs dont le plus célèbre est très certainement celui de Saint-Estèphe… Et enfin ce granit rose typique du pays piégutin. Eh oui ! On dit piégutin. Voilà pour l’environnement.

Parlons maintenant du patrimoine : Des chapelles et de petites églises, des châteaux discrets, des maisons fortes et des tours qui rappellent que le pays a connu quelques conflits, les vestiges d’une voie romaine qu’empruntaient les pèlerins, en se moquant bien des frontières, pour quitter le Périgord et entrer en terre limousine. Croix de carrefours, moulins, lavoirs, halles pullulent comme s’ils avaient été jetés ici, au hasard des villages.

 
  .: Au Sommaire
  Présentation
L'histoire et la légende
Les Verneilh et consort
Reconstruire

  Voilà rapidement brossé l’image d’un pays si différent que ses habitants en parlent avec une fierté et une tendresse toutes particulières. Il faut dire que les hommes qui ont choisi de vivre ici ont eux-mêmes du caractère et qu’ils sont les dignes descendants d’aïeux qui n’ont pas hésité, au cours des siècles, à se soulever contre les injustices du pouvoir. Disons-le, Piégut-Pluviers et les communes alentour sont bien en Périgord… Mais dans un Périgord qui défend aujourd’hui encore son identité, ses mystères et parfois même ses secrets de famille.
 
 

Milou Mangiapan

Le peintre bien connu des Périgourdins, mais également des amateurs d’art de la France entière, a choisi de poser ses valises à Piégut et d’y fonder une famille. Il a installé son atelier à la sortie du village et ne se lasse pas de cette vie périgourdine. « C’est le bonheur, ici. Vous voyez, j’ai quatre-vingt-un ans et je travaille de plus belle.

   

Les grands formats ne me font toujours pas peur. Je termine ma biographie et ensuite je projette un voyage à Amsterdam. Tous les ans, je fais un pèlerinage à la fondation Maegh à Saint-Paul de Vence et à Vence, à la chapelle Matisse. Puis je reviens ici où je me sens si bien. Les gens sont gentils, nous nous connaissons tous. Je passe ma vie dans cet atelier, la maison ouverte, tout le monde le sait. Que demander de plus ? »



 
    © 2004 Création Lambert